Depuis 1657, Denis Papin, le travail obstiné des ingénieurs et des mécaniciens britanniques


Il ne serait pas objectif d'évoquer l'arrivée du chemin de fer à Rouen et dans l'ensemble de notre pays, sans d'abord voir comment les ingénieurs et les mécaniciens britanniques ont eu l'ambition d'utiliser la vapeur et ont travaillé avec beaucoup d'obstination sur ce projet pendant plus d'un siècle. C'est d'abord un français, Denis Papin qui exposera en 1657 les principes d'une machine atmosphérique. En 1679, il invente la soupape qui va permettre de contrôler la puissance de cette force nouvelle : la vapeur. Denis Papin, s'exilera à la révocation de l'Edit de Nantes et expérimentera en Allemagne, en 1707, un bateau à vapeur à quatre roues qui sera détruit par les mariniers allemands qui le considéraient comme une machine infernale. Par la suite, ce sont les anglais, ingénieurs et mécaniciens qui vont le mieux exploiter cette possibilité nouvelle,
d'abord sur des machines fixes, utilisées le plus souvent dans les mines, pour épuiser les eaux d'infiltration.Plus tard, leur viendra l'idée de faire reposer cette machine sur des roues et de les actionner en les reliant au piston de la machine. De 1698 à 1830, ils vont par petites étapes, avec humilité, acharnement et intelligence, parvenir à leur but, pendant que la France connaît les affres de la révolution et que Napoléon fera la guerre à l'Europe. En 1698, Thomas Savery, un mécanicien britannique, met au point une machine à vapeur, très imparfaite, qui sera améliorée en 1705 par un autre mécanicien anglais, Thomas Newcomen. Plus tard, en 1763, James Watt, y adjoindra un condenseur et fermera le cylindre à ses deux extrémités ne laissant que le passage du piston. Cet ensemble mécanique deviendra réellement une machine à vapeur.

La machine de Thomas Savery

très proche de celle expérimentée par Denis Papin sur son bateau à roues, peu performante et d'un fonctionnement incertain, elle n'aura aucune utilisation pratique.

Fonctionnement de la machine : 1er temps : L'admission vapeur étant ouverte, l'arrivée d'eau froide se trouve fermée. La pression de la vapeur entraîne le piston vers le haut du cylindre et fait descendre la tringlerie de la pompe. 2eme temps : L'admission vapeur étant fermée et l'arrivée d'eau de refroidissement ouverte, la vapeur dans le cylindre se condense, la pression atmosphérique s'abaisse, le piston et le balancier descendent et font remonter la tringlerie de la pompe.