La réussite de James Watt


Plus tard, le même James Watt inventera le tiroir, qui permettra d'envoyer alternativement la vapeur sur les deux faces du piston et de réaliser ainsi un mouvement continu. Il y adjoindra également un volant en fonte et un régulateur à boules. Il deviendra alors possible de dire que la vapeur est définitivement asservie. Il reste maintenant à installer cette machine sur des roues, c'est à quoi vont travailler maintenant les ingénieurs britanniques. Tous travaillent pour les mines, ils ont donc à leur disposition, les éléments et les moyens pour expérimenter les machines et les rails qui vont créer le train. En effet, dans les mines, on utilise des rails, d'abord réalisés en bois, puis en fonte, il ne manque plus que la machine pour remplacer les chevaux qui tirent les convois.
En 1804, Richard Trévithic, un ingénieur de 30 ans, construira la première machine roulant sur rails, mais ce n'était qu'un essai offert à la curiosité des Londoniens. Ce sont les ingénieurs Christopher Blakett et William Hedley qui ont mis en service en 1813, la plus vieille locomotive du monde, La Puffing Billy, capable de tracter des convois de charbon entre la mine et le port minier. Ces convois étaient auparavant tirés par 16 chevaux. A cette époque, personne ne songeait à monter sur la machine. Elle allait à la vitesse d'un homme et celui-ci la guidait en marchant à ses côtés. Et puis, un jour, il franchira le pas, il montera sur une petite plate forme et il deviendra le premier chauffeur de locomotive.

Watt invente le tiroir qui permet à la machine d'engendrer un mouvement continu en envoyant alternativement la vapeur sur les deux faces du piston.

La machine de James Watt devient performante et fiable, son application va pouvoir se développer au profit des transports, batellerie et chemin de fer, et beaucoup d'autres utilisations industrielles.